Journée Mondiale des Enseignantes et Enseignants (JME)

Journée Mondiale des Enseignantes et Enseignants (JME)

RACINES et CBO-EPT se sont mobilisés pour célébrer l’évènement

L’enseignant est le garant de l’éducation. Sans enseignants, point d’enseignement. Les enseignants sont les bâtisseurs de demain. C’est au regard de ces observations que le Bénin a célébré, à l’instar de plusieurs pays au monde, la 24ème édition de la journée mondiale des enseignants et enseignantes. Placée sous le thème : ‘’De la qualité de l’enseignement dépend la qualité du monde de demain’’, elle a bénéficié de l’implication de la Coalition Béninoise des Organisations pour l’Education Pour Tous (CBO-EPT), et de l’Ong Racines.

C’est Dassa, qui a été le lieu choisi par ces organisations de la société civile pour marquer la journée. Pour le Président de la Coalition Béninoise des Organisations pour l’Education Pour Tous (CBO-EPT), Thomas Kossi Cakpo, c’est une belle occasion pour les acteurs de se rappeler les défis importants relatifs à l’Objectif pour le Développement Durable n°4 (Odd 4) qui consiste à assurer l’accès à une éducation inclusive de qualité pour tous, sur un pied d’égalité et de prendre ensemble des engagements concrets pour promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. Pour lui, les Etats doivent montrer des mesures concrètes pour l’atteinte de cet objectif, tandis que les citoyens ont pour tâche de se mobiliser afin de leur demander des comptes. « Il est temps pour les gouvernements de prouver qu’ils travaillent à cet objectif.

Car l’éducation universelle de qualité sous-tend les 16 autres Objectifs de Développement Durable et reste un levier fondamental vers la réalisation des autres droits humains ». Toutefois, il a salué les efforts concrétisés. « Il est judicieux de saluer les efforts du gouvernement béninois dans ce sens à travers la prise des décisions encourageantes pour l’effectivité d’une éducation de qualité à tous les enfants », a-t-il martelé.

« Les enseignants qualifiés sont la clé d’une éducation de qualité. », a conclu le Président de la Coalition Béninoise des Organisations pour l’éducation Pour Tous (CBO-EPT), Thomas Kossi Cakpo.
Pour le Directeur départemental des enseignements secondaire technique et professionnel des collines, Pamphile Viyanon, la journée offre l’occasion de mettre à l’honneur la profession enseignante et de promouvoir la Recommandation de l’Organisation Internationale du Travail concernant la condition du personnel enseignant de 1966, ainsi que la Recommandation de l’UNESCO concernant la condition du personnel enseignant de l’enseignement supérieur de 1997.

L’un des grands défis qu’il appelle les enseignants à relever pour une éducation de qualité, est celui des grèves perlées dans les divers ordres d’enseignements. Les grèves, certes, sont des dispositions légales reconnues aux travailleurs et qui leur permettent de détenir un moyen de pression sur la hiérarchie dans le cadre de la satisfaction de leurs besoins. Mais elles sont aussi et surtout de véritables sources de ralentissement des activités académiques. Car pour lui, « Le temps scolaire est donc réduit considérablement du fait de ces graves qui perturbent le déroulement des cours et qui empêchent nos enfants de bénéficier du quota horaire réglementaire prévu pour l’exécution du programme scolaire ».

C’est pourquoi il pense que les syndicaux doivent alors privilégier le dialogue en toute situation, car c’est de l’avenir de nos enfants qu’il est question. Le dialogue doit, en toute situation, constituer le nœud principal dans la résolution de tout conflit entre l’Etat et les syndicats d’enseignants. Représentant également le ministre des enseignements maternels et primaires, le Directeur départemental des enseignements secondaire technique et professionnel des collines, Pamphile Viyanon, a, dans un autre registre indiqué qu’au Bénin, nul n’ignore que le Gouvernement, ayant à sa tête le Président Patrice Talon, déploie des efforts louables avec l’aide des partenaires techniques et financiers pour créer les conditions nécessaires à la jouissance du droit à l’éducation de qualité en lien avec les sept cibles de l’Odd4.

Ce qui permet à tous les jeunes et adultes, en particulier les filles et les femmes, d’acquérir un niveau pertinent et reconnu de maîtrise fonctionnelle de la lecture, de l’ écriture et de calcul, mais aussi des compétences nécessaires à la vie courante, et des possibilités d’apprentissage, d’ éducation et de formation. A ce titre, il a cité quelques actions menées.

La Coalition Béninoise des Organisations pour l’EPT mène des actions au quotidien visant pour une large part, non seulement la scolarisation des enfants, mais aussi la création des conditions propices à leur maintien aussi longtemps que possible à l’école. C’est à ce titre que les organisations de la société civile actives en éducation au Bénin, s’inscrivant dans les orientations de l’UNESCO en matière de responsabilité et participation citoyenne, aux côtés de la Campagne Mondiale d’Action pour l’éducation, formulent aux gouvernants les recommandations ci-après :

1. Créer des cadres législatifs appropriés, et doter le système éducatif d’un plan ambitieux en faveur de l’éducation inclusive de qualité ;
2. Renforcer la collaboration avec la société civile dans le cadre du processus d’élaboration du nouveau plan décennal en cours
3. Fournir les capacités, les ressources et l’encadrement nécessaires à la mise en œuvre d’une éducation inclusive et de qualité ;
4. Construire des écoles et des salles de classe accessibles et adaptées à tous ;
5. Combattre, par tous les moyens, les attitudes qui renforcent et prolongent les discriminations à l’égard des enfants à besoins spécifiques ;
6. Créer un environnement favorable à l’éducation inclusive et de qualité, avec des interventions intersectorielles conséquentes;
7. Accroître davantage les ressources financières allouées au secteur de l’éducation tout en corrigeant les dysfonctionnements découlant du retard dans le transfert des ressources budgétaires et de l’inégale répartition intra sectorielle.