Une bonne nouvelle pour les communautés de Djidja, Grand-Popo, Klouékanmè et Savè


Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de plaidoyer en faveur de l’élimination du paludisme au Bénin, dans les localités identifiées pour bénéficier de cette intervention, l’ONG RACINES a été retenue pour les communes de Djidja, Grand-Popo, Klouékanmè et Savè. C’est un plan dont s’est doté le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) avec le soutien de Speak Up Africa. Il vise à renforcer la mise en œuvre du Plan Stratégique National Intégré orienté vers l’Élimination des pathologies prioritaires telles que le VIH/SIDA, le paludisme, la tuberculose, les hépatites virales, les Infections Sexuellement Transmissibles et les maladies à potentiel épidémique 2020-2024 (PSNIE).  

Dans le but d’atteindre les différents objectifs de ce projet intitulé « ZERO PALU », plusieurs activités ont été prévues dans le plan d’actions de l’ONG RACINES.  Il s’agit notamment de :

1-) l’organisation d’une mission de prise de contact avec les acteurs des communes d’intervention.

2-) l’organisation  de  quatre (04) séances de plaidoyer par commune à l’endroit des autorités communales, locales et des leaders communautaires pour l’installation des comités villageois.

3-) l’appui à l’Installation de 04 comités villageois de lutte contre le paludisme par commune d’intervention du projet.

A l’occasion de la première activité réalisée du 06 au 09 et du 13 au 15 septembre 2022 respectivement à Djija et Savè puis à Grand-Popo et Klouékanmey, RACINES a mené les actions suivantes :

  • la présentation du projet « ZERO PALU » à l’horizon 2024 et ses principaux enjeux aux différents acteurs politico-administratifs des 04 communes.
  • l’introduction des animateurs du projet auxdites autorités.
  • l’identification des arrondissements et des villages à taux élevé de paludisme à partir des statistiques sanitaires et ce, en lien avec les acteurs et parties prenantes pour mettre en œuvre les différentes activités du projet.

Il faut surtout noter que les acteurs ont non seulement approuvé l’initiative du projet au regard de sa pertinence, étant conscients de l’existence du problème dans leur localité, mais ils se sont aussi engagés à accompagner les différentes actions de l’ONG.

Les acteurs impliqués dans cette première phase qui a été précédée de l’envoi de lettres d’informations sur le projet sont précisément les maires et secrétaires exécutifs des communes concernées ; les Chefs des Régions Pédagogiques (CRP) ; les Médecins Coordonnateurs et Médecins Chefs. 51 personnes ont été touchées dans la réalisation de cette activité dont 46 hommes et 05 femmes avec comme types de cibles touchés les journalistes, les autorités locales, les leaders communautaires et autres services techniques communaux.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post

Langues »