Un club de défense : une nécessité ou une imitation pure et simple ?

Dans un contexte où un enfant sur 2 n’a toujours pas d’acte de naissance et est souvent victime d’automédication en cas de maladie avec les conséquences qui en découlent (absentéisme à l’école et infanticide), la mise en place de comités d’enfants s’est révélée comme étant une solution exploitable. C’est dans ce sens que RACINES, fidèle à sa vision, a mis en place dans ses écoles d’intervention de Savalou et Bantè des comités d’enfants pour la promotion, la défense et le respect de leurs droits appelés « clubs de défense et de promotion des droits de l’enfant : CDPDE ».  

Au regard de ce contexte très critique, les clubs de défense et de promotion des droits de l’enfant des écoles de Ilouamon, Adjigo et Doumè Lakoun ont chacun organisé une séance de sensibilisation sur les droits de l’enfant au profit de leurs paires et de leurs parents. Au total, 629 écoliers ont été touchés. Les principaux droits développés sont entre autres : le droit à la vie, à un nom (acte de naissance), le droit de vivre en famille, le droit à l’éducation et le droit à la santé.

Pour ces clubs, la sensibilisation sur les droits et devoirs de l’enfant, permet de l’outiller à mieux se défendre et faire valoir ses droits après avoir fait ses devoirs. Ces séances de sensibilisation permettent aussi de toucher les parents d’élèves et en particulier ceux des enfants dont les droits sont bafoués.

Ces animations sont préparées et réalisées par les enfants avec l’appui des enseignants encadreurs et l’équipe de RACINES. C’est ainsi une manière de les responsabiliser, de leur permettre de participer à la gestion démocratique de leurs écoles et surtout de les maintenir à l’école donc dans le cursus scolaire de base.

Étiquettes :

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post

Langues »